Noob Couture épisode 3 – Préparation de la crinoline pour ma robe 1850

Suite des mes aventures dans le monde de la couture. Cette fois-ci, je m’attaque à la crinoline pour ma robe de bal 1850. Si vous arrivez au milieu de l’histoire vous pouvez vous rattraper en lisant l’épisode 1 et l’épisode 2 de Noob Couture.

Le corsage n’est pas terminé que je m’attaque déjà à la crinoline ? Oui, bon j’aimerais bien terminer le corsage aussi mais je n’ai pas le matériel nécessaire comme du fil bleu par exemple, confinement oblige. Je travaille donc sur une partie de la robe pour laquelle je peux facilement commander les composants et qui ne nécessite pas de coudre à la machine.

Histoire rapide de la crinoline

La crinoline c’est la base pour toute robe de l’époque et c’est ce qui me permettra d’avoir un beau volume de jupe à la fin. Dans les années 1840, la crinoline n’existait pas encore et l’on utilisait une multitude de jupons superposés pour créer du volume. Comme vous pouvez l’imaginer, c’était lourd et encombrant.

Dans les années 1850, la crinoline apparaît et permet beaucoup plus d’extravagance en termes de volume (parfois extrême !). La crinoline est d’abord ronde puis, dès le milieu des années 1850, elle devient elliptique et s’allonge à l’arrière. La mode des crinolines fait l’objet de beaucoup de moqueries de la part de ses détracteurs qui la trouvent ridicule et très peu pratique.

« L’encombrante crinoline », j’aime bien cette série de photo car elle montre très bien ce qui se passe sous une robe de cette époque

En terme de praticité, c’est certain que l’on a vu mieux. Ces « cages » de plusieurs mètres de circonférence ne permettent pas d’emprunter les transports en commun par exemple, il est demandé aux dames d’enlever leurs crinolines pour monter à bord. D’autres ont vu une opportunité dans tout ce volume en cachant des marchandises de contrebande sous la crinoline.

Ce qui est certain c’est que, même si cette mode n’est pas des plus pratiques, c’est certainement celle qui se rapproche le plus de l’image que l’on se fait des robes des princesses

L’objectif de tout ce volume ? Créer l’illusion d’une taille plus fine. On génère du volume sur les manches et les épaules avec des dentelles et des nœuds sous forme de col amovible que l’on appelle berthe. Cela crée cette forme de « V » sur la poitrine qui dirige le regard vers la taille et enfin on élargit les hanches avec des jupons. Par effet d’optique et grâce au corset la taille paraît plus menue.

Dans les années 1870, la silhouette change complètement avec l’apparition des robes à tournure ou à « faux-cul ». Ce « faux-cul » est tout simplement cette masse de tissu à l’arrière des robes et dont l’objectif est de donner l’illusion d’une « croupe » plus volumineuse. Ci-dessous, 3 exemples des formes de robes dont je viens de parler. Et cela tombe bien j’avais tous les exemples dans ma collection perso 😛

Mon processus pour réaliser une crinoline 1850

Processus est un bien grand mot, ma « technique du doigt mouillé » serait certainement plus approprié. Pourquoi je n’achète pas une crinoline déjà faite me direz-vous ? Eh bien parce que cela coûte plus de 300 balles ! Je parle d’une belle crinoline avec une forme historiquement correcte, pas d’une crinoline chinoise à 40€ qui donnent une forme de cône à la robe comme sur les costumes bon marché.

Contrainte par mon budget, me voilà partie dans la réalisation d’un des accessoires les plus compliqués pour cette robe 1850. Même pas peur (ou inconsciente on verra). J’ai regardé plusieurs tutos et disséqué des dizaines de photos pour comprendre comment assembler cette crinoline et j’ai opté pour quelques raccourcis pour simplifier ma vie de noob couturière.

Une crinoline c’est d’abord un ensemble de tubes avec des baleines à l’intérieur pour tenir la forme de « cage ». Théoriquement, il faudrait coudre tout ces tubes à la main en assemblant deux bandes de tissu sur la longueur et ensuite enfiler les baleines dedans. Je n’ai ni la machine à coudre sous la main ni le courage de me taper 20 mètres de ligne droite.

Plus ou moins ce que je voudrais réaliser pour ma crinoline, la mienne sera un peu moins elliptique je pense et avec moins de baleines verticales

C’est ainsi que j’ai découvert qu’il existe des tubes déjà cousus, spécialement conçus pour cet usage. Certes c’est plus cher, mais je pense que cela vaut largement le temps gagné. J’ai trouvé ces tube à baleines (« bone casing » en anglais) sur Vena Cava Design, un site britannique au top du top. J’ai commandé deux fois chez eux, une fois sans problème, la deuxième fois mon colis s’est perdu (ce n’était pas leur faute) et Liz m’a immédiatement envoyé un colis pour remplacer cette commande, donc service client impeccable. Ils ont aussi une boutique Etsy j’ai découvert après.

Quantités et matériel nécessaire pour confectionner ma crinoline

Alors là c’est encore un peu à la louche mais j’ai essayé de recouper des infos glanées sur le web :

  • Les quantités indiquées dans le kit pour crinoline elliptique de Vena Cava Design
  • L’excellent blog (en anglais) de Jennifer Rosbrugh historicalsewing.com qui nous dit que pour les crinolines la circonférence des robes originales est souvent plus petite que ce que l’on croit et que l’on peut toujours ajouter de l’épaisseur avec des jupons. De manière générale, elle recommande entre 2,30m et 3m de circonférence en prenant 2,90m comme moyenne convenant au plus grand nombre
  • Les mesures avec mon mètre de couturière en me basant sur les recommandations de Rosbrugh, je mesure 1,55m alors ça fait des économies sur la hauteur de la crinoline 🙂

Au final, j’en suis donc arrivée à commander les quantités suivantes :

MatériauxQuantitéPrix
Bone Casing (tubes précousus pour les baleines) 21mm20 mètresEnviron 35€ (payé en GBP)
Rouleau de baleines acier 11mm x 0,65mm (épaisseur)25 mètresEnviron 30€ (payé en GBP)
Ruban sergé coton 27mm15 mètres13,50€
Embouts de protection pour les baleines100Environ 4,30€ (payé en GBP)
TOTAL 82,80€

Maintenant il faut se lancer dans les calculs et le montage pour essayer de construire un crinoline qui ressemble à quelque chose. Je navigue un peu à vue c’est vrai. Prochain épisode : la réalisation de ma crinoline !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *