Noob Couture épisode 2 – Le corsage et les manches

Dans l’épisode 1 de Noob Couture, je vous expliquais comment je m’étais lancée dans la réalisation d’une robe de bal 1850. Je vous avez laissé sur le corsage construit mais pas encore cousu. Enfin si, j’avais commencé les coutures à la main parce que j’étais trop impatiente d’attendre une machine à coudre.

J’ai terminé les coutures principales pour assembler les morceaux du corsage. Certaines sont faîtes à la machine et d’autres à la main parce que je n’ai pas eu le temps de tout finir quand je suis allée voir ma grand-mère. On verra lesquelles sont les plus solides à l’usage.

Nouvelle étape : les manches de ma robe 1850

Bon, maintenant il faut passer aux choses sérieuses et un peu intimidantes pour une noob couturière comme moi : ajouter des manches.

J’ai une passion pour les grosses manches alors j’ai voulu les faire bien bouffantes. Et en plus je complexe un peu sur mes bras donc ça aura le mérite de les faire apparaître plus fins par effet d’optique.

J’ai regardé plusieurs tutos sur YouTube pour comprendre comment procéder pour attacher une manche parce que je n’arrivais pas à me le figurer mentalement. Une technique parfaite et simple pour faire des fronces sur une manche consiste à faire deux coutures parallèles le long du bord que l’on veut coudre et de laisser les fils libres à la fin pour tirer dessus et créer des plis en déplaçant ensuite le tissu le long des fils. La double couture sert surtout à assurer la solidité des fronces au cas où l’un des deux fils ne se cassent.

Première manche. On peut voir les deux rangées de coutures sur lesquelles j’ai fait glisser le tissu pour créer les fronces. Ces coutures sont temporaires, elles servent à tenir les fronces pour la mise en place de la manche.

Ensuite, il faut attacher la manche au corsage et là c’est un peu la foire aux fils dans tous les sens. Déjà il m’a fallu un moment avant de comprendre où ma couture finale allait se trouver et quelle face du tissu poser sur quelle face. Après, il faut aligner les coutures du dessous du bras et en avant Guingamp on fixe les fronces en place. C’est à ce moment que l’on apprécie la double couture préalable qui permet d’ajuster les plis et de les déplacer facilement en évitant que tout soit regroupé au même endroit.

Manche en place. Mes épingles ne sont pas dans la bonne direction, j’aurais dû les placer perpendiculaires à la couture finale et pas parallèles.

Et maintenant on croise les doigts, on serre les fesses et on espère que tout se passe bien sous la machine à coudre ! Et franchement pour un premier essai ça aurait pu être pire. Les vraies couturières auraient surement les yeux qui saignent de voir ça mais au moins je me suis lancée et ça ressemble à une manche.

Voilà une manche de faîte ! Toute galvanisée que je suis par cette petite réussite de la première je me lance dans la deuxième en me disant que tout serait bientôt fini. Sauf que, dans mon entrain, j’ai mal positionné ma manche au départ et je n’ai pas vérifié avant de coudre…

Donc après un bon quart d’heure passé à découdre cette manche de l’indignité j’ai replacé ma manche à l’endroit et fini la couture à la main. Voilà le résultat du corsage assemblé :

Corsage assemblé avec les manches à l’endroit cette fois.

Je suis toujours un peu ébahie quand je regarde ce corsage et que je réalise que c’est moi qui ai fait ça en partant de zéro et avec mes modestes compétences en couture… Comme quoi il suffit de se lancer et tant pis si ce n’est pas parfait !

Etape suivante : finalisation des manches et confection de la crinoline

Pour la suite, je souhaite réaliser un revers sur les manches pour faire passer un petit ruban et créer des fronces sur la partie inférieure. Je ne vais pas laisser ces manches en mode « papillons ». Et je ne vais certainement pas utiliser un élastique moderne pour faire des fronces autour du bras, je ne suis pas une sauvage non plus 😀

Comme entre temps la France a été frappée par l’épidémie de Covid-19 et que j’écris cet article en période de confinement, je ne peux pas avancer sur les manches car je n’ai pas de fil bleu. Et je ne veux pas en commander parce que je veux que ce soit le bon bleu.

Pour m’occuper j’ai donc décidé d’avancer sur la crinoline qui ira sous ma jupe et mes jupons. Le matériel est commandé, je vous en dis tout dans le prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *