Le Globéol : un tonique du XXème siècle aux ingrédients… surprenants !

Aujourd’hui nous parlons d’un produit révolutionnaire qui vous donnera un petit coup de fouet ou vous aidera à vous remettre plus rapidement d’un rhume. L’usage de cette potion magique est un peu contraignant : 4 pilules au moment du repas de midi. Oh, et c’est à base de sérum de sang de cheval j’ai oublié de préciser.

Pas de panique ! Vous n’avez aucune chance de trouver ce produit en vente dans les pharmacies et nos amis les chevaux peuvent heureusement continuer à gambader gaiement🐎. Ce produit miracle est en réalité appelé le Globéol et il s’agit d’un tonique révolutionnaire vendu au début du XXème siècle.

Le Globéol, un tonique des laboratoires Chatelain

Au détour d’une brocante j’ai acheté à l’aveugle et pour une somme dérisoire une pile de magazines et catalogues de la fin du XIXème au début XXème siècle. Dans le lot se trouvaient de petites pépites comme je les aime.

Parmi ces perles, un formulaire thérapeutique des Laboratoires Châtelain, datant de 1910-20 je dirais. Les laboratoires Chatelains ont connu leur renommée grâce à des produits phares : L’Urodonal, le Jubol et le Globéol.

Ce formulaire thérapeutique est une sorte de mini catalogue publicitaire. Les descriptions des traitements sont parfois surprenantes pour un lecteur moderne et le vocabulaire employé n’est pas toujours très « scientifique » pour ainsi dire.

On remarquera par exemple la mention ‘Ne noircit pas les dents en majuscule, gras, souligné, ce qui nous laisse penser qu’à l’époque ce n’était pas si commun, au point d’en faire un argument commercial.

Extrait du formulaire thérapeutique des laboratoires Châtelain trouvé sur une brocante

Composition du Globéol

Je ne sais pas vous, mais en lisant le descriptif du Globéol ci-dessus je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la composition de ce tonique miraculeux.

Parce que, quand même, il « rénove le sang » et « augmente la force de vivre » donc on est en droit de se demander par quel prodige on peut atteindre un tel résultat non ?

Après quelques recherches sur Gallica (where else?) j’ai trouvé un super document au nom bien scientifique : Pharmacodynamie et Application Cliniques de la Médication par le Globéol.

Voilà qui est parfait. En voici un extrait pour nous éclairer sur la composition du Globéol :

Je ne suis pas scientifique du tout et je me trompe peut-être, mais est-ce que boire de l’extrait de sang d’un autre animal peut vraiment aider à « rénover le sang » ? Ca me semble un peu fumeux comme logique quand même. Mais après on pensait aussi que la graisse d’ours faisait pousser les cheveux puisque les ours sont poilus donc chaque époque sa logique scientifique.

Par contre, après une recherche rapide sur les ingrédients qui composent le Globéol, il s’avère que la Paullinia Sorbilis n’est autre que le nom scientifique du guarana. Et là on comprend mieux l’action vivifiante revendiquée dans l’argumentaire commerciale. Le guarana a la même action que la caféine, de ce fait je veux bien croire à l’effet coup de boost.

La Picroena excelsa est le nom scientifique du bois amère, une écorce qui est apparemment utilisée pour activer la digestion et ce genre de choses donc cela semble coller avec « l’amélioration rapide de la nutrition » dont parle le descriptif.

Enfin, fer et manganèse, rien de d’étonnant ici, car on connaît les connaissances des carences en fer.

La force équine dans une bouteille

En somme, il n’y a vraiment que l’extrait de sang de cheval qui paraît très surprenant pour le lecteur moderne dans la composition de ce tonique.

C’est, de plus, un argument fortement mis en avant dans les documents de l’époque. Le processus est même expliqué. Ce qui n’est pas forcément quelque chose que nous avions envie de savoir et ce n’est certainement pas quelque chose qu’on mettrait en avant de nos jours !

Extrait de Pharmacodynamie et Application Cliniques de la Médication par le Globéol

Le Globéol est préparé dans des laboratoires spéciaux, et le globulaire sanguin des chevaux sacrifiés le matin, peut être mis sous forme de pilules de Globéol le jour même.

Les ferments du sang sont conservés à l’état actif, grâce à des procédés originaux nouveaux et perfectionnés qui permettent d’opérer dans des conditions d’extrême rapidité et avec une rigueur scientifique aussi parfaite que possible. Le sérum, obtenu dans les mêmes conditions et sous forme de poudre jaune ambrée, est incorporé au Globéol.

Extrait de Le Médecin doit être au courant de la question des anticorps

L’animal de choix pour servir à faire les prélèvements de sang destiné à être transformé en poudre rouge (hématies) et jaune ambré (pour le sérum traité à part), est le cheval jeune, sain, reposé, et à jeun depuis la veille. C’est dans ces conditions que l’on obtient le produit le plus actif. C’est dans ces conditions qu’est préparé le Globéol.

Voilà, voilà…

Avec les globules rouges d’un beau cheval de trait comme celui-ci vous ne pourrez que retrouver votre force de vivre ! Page extraite de Le Médecin doit être au courant de la question des anticorps

On peut trouver cette pratique atroce, mais la cruauté envers les animaux ne s’est pas arrêtée au début du XXIème.

Il n’y a qu’à se tourner vers l’Argentine pour s’apercevoir que des pratiques encore plus cruelles sont à l’œuvre. Des juments sont saignées et avortées à répétition dans des fermes à sang en Argentine pour récupérer une hormones très prisée des éleveurs de bétail. Simple observation mais ne jugeons pas trop vite les pratiques du début du siècle…

Les publicités pour le Globéol

Les publicités pour le Globéol étaient très présentes, avec des illustrations variées (comme ses utilisations d’ailleurs). Elles sont souvent très « littérales », sur demi-page ou page complète. On observe parfois dans ces publicités une bouteille de Globéol liquide personnifiée, un peu comme le Bibendum de Michelin.

Les cibles de ces publicités sont multiples. Elles vont de Monsieur pour qu’il soit fort comme un bœuf à madame qui ne sera plus anémiée (« sauvée par le Globéol »).

Ma petite préférence va pour la publicité avec les chevaux, une véritable perfusion de force équine (qui prend un autre sens quand on connaît la composition du Globéol !). C’est plutôt premier degré mais au moins le message passe non ?

En tout cas, si on en croit ces publicités, le Globéol c’est bon pour tout ou pour tous, alors Globéolisez-vous !

Sources :

Le Médecin doit être au courant de la question des anticorps sur Gallica

Pharmacodynamie et Application Cliniques de la Médication par le Globéol sur Gallica

Publicités pour le Globéol dans Le journal amusant sur Gallica

Amusidora

Hello ! Moi c'est Claire. Eternelle curieuse, je suis passionnée d'Histoire de la mode et d'histoires insolites, toujours en quête de nouvelles choses à apprendre (et souvent difficiles à placer en soirée, certes). J'adore me plonger dans de vieux livres d'époque et je collectionne aussi de vieux papiers et des revues anciennes. Mes sujets de prédilection ? La première moitié de XIXème siècle et la période Art Déco, mais pas uniquement. Je partage ici mes trouvailles pour tous les curieux qui voudront bien passer un moment sur ce blog.

Voir tous les articles de Amusidora →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *