La retouche photo au début du siècle (avec exemples)

Quand on pense à la mode féminine du la fin du XIXème siècle ou du début du XXème siècle, on visualise facilement des jupes assez étroites et des tailles très fines. Pour atteindre cette silhouette si désirable, le corset était bien entendu le meilleur allié des dames. Mais en photographie on pouvait également compter sur un autre allié : la retouche photo.

Non, les photographes n’ont pas attendu l’avènement de Photoshop pour embellir un peu la réalité et donner à leurs mannequins une allure de gravure de mode.

Le mythe de la taille fine

On peut être tenté de se dire en voyant des photos de 1890 ou 1905 que les mannequins étaient si minces à l’époque. On s’imagine que cela devait être terriblement inconfortable de porter des corsets si serrés pour obtenir une taille de guêpe.

On a tous en tête ces scènes de laçage de corset dans les films où l’actrice doit se tenir à un meuble pour se stabiliser pendant qu’une servante sert son corset jusqu’à lui couper le souffle. Il faut souffrir pour être belle paraît-il. Sauf que la réalité était tout autre. Merci le cinéma de continuer de propager des idées reçues sur les corsets.

A propos des corsets

D’abord, le corset n’a jamais été un instrument de torture comme on le croit souvent aujourd’hui.

Le corset était avant tout un élément de lingerie pour les femmes, l’ancêtre du soutien-gorge en quelques sortes. Il permettait aussi de donner de la structure aux robes et d’obtenir la silhouette en vogue selon l’époque. D’ailleurs les hommes aussi portaient des corsets vers 1830 pour donner de la structure à leurs vêtements très cintrés.

Un corset adapté à sa porteuse et serré de manière normale n’est pas restrictif. Les femmes travaillaient et faisaient du sport avec des corsets. Certes, leur structure force à s’adapter pour effectuer certains mouvements. On ne se tourne ou on ne s’assoie pas pareil avec un corset.

Les tailles ultra fines que l’on voit parfois sur des photos anciennes sont des exemples extrêmes et non pas une généralité. Nous projetons nos mœurs modernes sur ces photos et l’on se plaît à les utiliser pour prouver que les corsets étaient un carcans pour les femmes.

Mais quel rapport entre les corsets et la retouche photo ?

Mais ces tailles extrêmement fines pourraient bien être le fruit d’un autre phénomène finalement.

Une femme en bonne santé fin 1800 ou début 1900 n’était pas exactement squelettique ni particulièrement pulpeuse. Elles avaient de la viande sur les os et des formes de femmes tout à fait standard. Sauf que le standard de l’époque prônait plutôt une taille très fine et une silhouette bien particulière.

Le corset ça aide à créer une taille fine, mais ce n’est pas miraculeux non plus.

Entre alors en scène la retouche photo. Oui, la retouche photo ça fait des lustres que ça existe. A la base ce n’est pas uniquement pour retoucher une silhouette. La retouche photo à l’époque permet aussi de corriger une exposition ou faire ressortir une zone de la composition. On utilise différents procédés à base de solutions de bromure de potassium, de ferricyanure de potassium ou d’hyposulfites de soude. On peint les zones sur lesquelles on souhaite agir et hop ça éclaircit, ça fonce ou ça empêche une zone du négatif de se développer. Et c’est le même principe pour affiner une taille ou arrondir la ligne d’une épaule. Pour ceux qui s’intéressent à la photographie de cette époque il y a une multitudes de détails à ce propos dans cet Aide-mémoire de photographie de 1895.

Exemples de retouches sur des photographies de 1890 à 1905

Bon nombre de photos de mode de l’époque sont retouchées. Certaines retouches sont plus visibles que d’autres mais avec un peu d’entraînement elles sont faciles à repérer.

L’élément qui vend la mèche est généralement une zone plus claire qui semble peinte ou alors une zone floue ou trop nette.

Démonstration :

Cette retouche est certainement la plus visible des exemples que j’ai choisis. On la discerne même sans zoomer.

La forme de la robe devait être un peu trop bouffante au goût du photographe. Il a donc redessiné l’avant de la jupe de la mannequin pour qu’il apparaisse plus plat et donc plus en phase avec l’esthétique de l’époque.

La photo date certainement d’autour de 1905 et l’on recherche cette silhouette typique avec un poitrail bombé et presque basculé en avant, le tout monté sur une jupe très droite sur l’avant et volumineuse sur l’arrière.

Les gravure de mode ci-dessous sont une parfaite illustration de cette silhouette. Finalement notre photographe s’est grandement approché des gravures de mode avec cette retouche.

Vous voyez la zone granuleuse autour de la taille de cette mannequin (qui est d’ailleurs la même mannequin que dans l’exemple précédent) ? Pas de doute il s’agit d’une retouche. Le photographe y est allé assez franchement sur l’amincissement de la silhouette en lui enlevant plusieurs centimètres de tour de taille.

Le côté granuleux vient de la technique utilisée pour effacer certaines zones de la photo. Comme expliqué plus haut, il s’agissait d’étaler au pinceau certains composés chimique sur le négatif pour obtenir le résultat souhaité. C’est donc le coup de pinceau qui donne cette texture.

Ce qui est intéressant c’est que la retouche ne se remarque vraiment que si l’on zoome sur la photo. Dans la composition globale on n’y voit que du feu. Et c’est valable pour la plupart des exemples ci-dessous :

En conclusion, est-ce que l’on peut dire qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on voit ? Probablement. Mais je dois dire que le jour où j’ai découvert que la retouche photo se faisait déjà à cette époque j’ai été bien surprise. Comme quoi de tout temps on aura essayé d’embellir la réalité pour rentrer dans les standards du moment.

Amusidora

Hello ! Moi c'est Claire. Eternelle curieuse, je suis passionnée d'Histoire de la mode et d'histoires insolites, toujours en quête de nouvelles choses à apprendre (et souvent difficiles à placer en soirée, certes). J'adore me plonger dans de vieux livres d'époque et je collectionne aussi de vieux papiers et des revues anciennes. Mes sujets de prédilection ? La première moitié de XIXème siècle et la période Art Déco, mais pas uniquement. Je partage ici mes trouvailles pour tous les curieux qui voudront bien passer un moment sur ce blog.

Voir tous les articles de Amusidora →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.